Archives du mot-clé tristesse

Tristesse et paupière gauche

 

Au mois de janvier 2012 à Paris, une exposition a été consacrée à la photographe américaine Diane Arbus (1923-1971).
Une affiche visible sur les murs de la capitale française pour présenter l'exposition montrait deux sœurs jumelles, photographiées par l'artiste

Observez vous-mêmes, vous allez vous apercevoir qu'au moment où est prise de cette photographie, une de ces deux petites filles a l'air plus heureuse que l'autre. 
Les coins de bouche nous permettent de comprendre.


Zone des yeux et zone de la bouche

Comme "les yeux sont le miroir de l'âme", l'être humain a tendance à déserter la zone de la bouche, persuadé que c'est dans les yeux qu'il faut chercher à lire les émotions. Or la zone de la bouche simplement parce qu'elle comporte plus de muscles que la zone des yeux traduit également davantage d'émotions. Ici sur cette image c'est sans conteste elle qui livre les informations les plus claires. 
C'est la bouche qui va permettre de valider les informations visibles dans la zone des yeux.

Sur le visage le plus triste, observez les différences entre les deux paupières.  

 Dans les situations de tristesse, la paupière gauche est généralement plus fermée que la paupière droite. 

Ne cherchez pas à ce phénomène une explication d'ordre génétique car cette observation  est liée à la nature de la tristesse. Lorsque les gens tristes sortent de cet état,  la paupière gauche remonte, et c'est d'ailleurs visible ici sur la sœur jumelle de la petite fille triste. 

 Évidemment ce qui est facilement observable pour une personne formée à regarder peut être mesuré précisément pour celle qui est moins familière.

Au fil du temps, une émotion vécue quotidiennement finit pas créer une dissymétrie sur le visage.  Des émotions différentes construiront donc des dissymétries différentes. 
La vie témoigne sur le visage et donne ainsi la possibilité, d'avoir en vieillissant, de belles rides. Faisons leur confiance.

Sur ce même thème : 
La tristesse d'Anne Sinclair
Lie to me , M6 et synergologie

Lie to me , M6 et synergologie

LIE TO ME, la série policière créée sur le canal américain Fox il y a deux ans, vient d'arriver en France diffusée par M6. Basée sur les travaux américains de Paul Ekman elle est  bien documentée. Elle permet, images à l'appui, de montrer comment le décodage non verbal permet d'expliciter le comportement humain. Les deux premiers épisodes exposent les techniques de décodage non verbal  utilisées par l'enquêteur et ils sont, de très loin,  les mieux réussis de la série.

La détection du mensonge dans Lie to me est rendue possible parce que le spécialiste retrouve les émotions réelles derrière des émotions simulées. Dans le cadre de ce blogue nous allons voir comment aller un peu plus loin, évoquer d'autres items que ceux proposés par la série, des items clairement synergologiques.

Lorsqu'une personne est triste l'extrémité extérieure de ses paupières a tendance à redescendre sur l'œil. Mais la synergologie ne se suffit pas de cette description. Lorsque la tristesse est réelle, la paupière gauche devient dans plus de 80 % des cas, plus tombante que la paupière droite. Ici comparez le niveau d'ouverture des paupières de l'acteur au moment ou il interroge un suspect avec une photo prise à la fin de la série alors qu'il vient de surprendre trois mensonges faits entre gens qui sont pourtant très proches.

Sur la deuxième image le personnage central de la série, triste, un peu accablé par ce qu'il entend, expose un visage sur lequel la paupière gauche est beaucoup plus fermée que la paupière droite. Un acteur incapable de faire monter en lui l'émotion juste ne nous permettra pas de lire ce phénomène…
Une personne qui nous dira qu'elle est triste l'œil gauche bien ouvert, nous amènera, elle, à nous poser des questions sur ses propres émotions, bref à la regarder davantage encore…
Vous verrez, plus on regarde l'autre, plus on développe le désir de mieux se comprendre