Archives du mot-clé sarkozy

François Hollande : l’art de programmer la spontanéité.

 
 

Au cours du débat du 6 mai, François Hollande permit à la France qui ne le savait pas, de découvrir ce qu'était une anaphore, cette figure de style consistant à commencer une phrase par les mêmes mots.

Il scanda 16 fois, "Moi président de la république…"  présentant sous une forme originale sa conception de la fonction de président.
Certains ont trouvé ça très réussi, d'autres ont moins aimé, mais tous ont reconnu à cette occasion que le candidat était brillant.
Il convient de se demander si cette éloquence était spontanée…et elle ne pouvait pas l'être.
"Moi président de la république…" une allocution préparée
 

Une analyse attentive du langage corporel de François Hollande nous conduit à pouvoir affirmer que ce moment du débat ne pouvait pas être spontané. Il avait été préparé.

 

Ce, pour plusieurs raisons conjuguées

1. D'abord parce que François Hollande qui avait l'habitude de regarder systématiquement Nicolas Sarkozy dans les yeux avant d'attaquer chaque phrase (Image 1), s'est mis au moment ou il a commencé à dire : "Moi président…" à détourner son regard et ce durant les 16 moments d'anaphores (image 2).

En évitant son regard, il pouvait ainsi mieux se concentrer pour retrouver, réciter, ce qu'il avait préparé. D'ailleurs, aussitôt qu'il a cessé de dire "moi président de la république", il s'est remis à regarder Nicolas Sarkozy

2. Ensuite, parce que ses yeux partaient à gauche dans l'espace. C'est à cet endroit qu'ils se portent lorsqu'on cherche un évènement passé ou appris. Comme il parlait de son futur de président  nous aurions pu nous attendre à ce qu'il regarde à droite. Ce qu'il fit par ailleurs régulièrement en évoquant le futur, dans le débat.  Mais pas là.

3. Également parce que François Hollande clignait énormément des paupières dans ses débuts de phrase. Il mobilisait ses ressources cérébrales, pour rappeler l'information. 

 

 François Hollande est connu pour avoir une bonne mémoire et Nicolas Sarkozy a, ici, fait les frais de la qualité de mémoire du nouveau président de la république. 

Le  fait qu'un si long texte ait pu être appris et inséré, ailleurs qu'en introduction ou en conclusion d'un débat télévisé de grand prestige, constitue certainement une  première. 
Il n'est pas certain que cela se soit déjà vu dans aucun grand pays occidental. Preuve que même la spontanéité se prépare…

Quand François Hollande remercie Nicolas Sarkozy

 
 
 
Le 6 mai, lors de son premier discours de président, François Hollande a remercié Nicolas Sarkozy. Au moment précis ou il parlait de lui, en disant :

"Nicolas Sarkozy qui a dirigé la France pendant 5 ans et qui à ce titre mérite tout notre respect" 

Nous lui avons vu faire un geste (voir image au dessus) qu'il ne fait jamais d'habitude, un geste qui ne fait pas partie du patrimoine corporel de François Hollande, mais qui est par contre le geste le plus fréquemment réalisé par  Nicolas Sarkozy en discours, un geste qui d'une certaine manière le définit visuellement.
François Hollande pensait à Nicolas Sarkozy dont il parlait et il effectuait le  geste qui définit le mieux Nicolas Sarkozy. C'était évidemment non conscient de sa part.

Il ne reparlera pas de Nicolas Sarkozy durant toute la durée du discours, et il ne refera pas non plus ce geste durant le quart d'heure de discours qui suit.  Alors Pourquoi ce geste ?

 
François Hollande remerciait Nicolas Sarkozy en mimant Nicolas Sarkozy lui-même !

Cette attitude était absolument inconsciente, n'en doutons pas. Elle représente ce qu'on appelle un idéogramme verbo-moteur. 

Lorsque nous parlons d'une personne, elle ne revient pas de manière théorique dans notre esprit. Elle revient avec toute sa corporéité et nous avons tendance à épouser de manière très schématique son attitude, lorsque nous parlons d'elle. Elle nous apparait en action, enaction aurait dit Francisco Varela.
 
Dans l'imaginaire de François Hollande, l'index et le majeur fermés en pince ascendante, sont sans doute l'attitude corporelle qui représente le mieux Nicolas Sarkozy.  C'est sans doute sous cette forme qu'il existe dans son esprit lorsqu'il l'imagine en discours, la représentation de lui qu'il retient en action, et l'image qu'il laissera de lui, à l'insu de son plein gré, dans l'exprit nouveau président français élu.
 
 
 
 

Pourquoi François Hollande pense avoir gagné le débat

 
Un débat télévisé se gagne en convainquant les personnes devant leur téléviseur, mais il se gagne peut être d'abord et avant tout dans les têtes des débatteurs . C'est parce qu'à un moment donné, il lui semble être meilleur que son adversaire, que le débatteur se met à prendre l'ascendant sur l'autre. Cette situation est classique, elle n'est pas propre au combat politique. Elle est la règle d'or de n'importe quel type de combat aussi bien intellectuel que physique.
 
Dans le débat Hollande-Sarkozy, un des deux débatteurs a bien gagné le débat dans sa tête, et ce assez rapidement, c'est François Hollande. 
 Mais comment est-il possible de le savoir, qu'est-ce qui permet de le dire ?
 
Lorsqu'une personne fait un bon mot, un mot dont elle est fière, un argument gagnant, elle peut finir sa phrase en tirant la langue, et c'est ce qui nous a été donné de voir ce soir, à de très nombreuses reprises dans la bouche de François Hollande, plus de dix fois, alors même que généralement la caméra se détournait des candidats pour revenir en plan large à la fin de leurs interventions. Cette langue est appelée "langue de délectation".
 
Il est même possible de dire que si François Hollande pense avoir gagné, Nicolas Sarkozy à mesure que le débat avançait développait le sentiment qu'il était en train de le perdre. Situation inverse à la situation vécue en 2007. 
Une personne qui communique avec les deux mains (ce qui est le cas de Nicolas Sarkozy et pas de François Hollande), lorsqu'elle se détend, se met à employer davantage la main gauche. En 2007, face à Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy,  avait fait  les trois derniers quarts d'heure en employant la main gauche davantage que la main droite, bien davantage, près de 80 % du temps. 
Cette fois ci, c'est précisément à la situation contraire à laquelle nous avons assisté Alors que Nicolas Sarkozy démarrait le débat confiant, employant très souvent la main gauche, à mesure que le débat avançait, il perdait de son assurance, et communiquait plus souvent avec la main droite. La main gauche finissant par disparaitre sous la table régulièrement, ce qui est extrêmement rare chez Nicolas Sarkozy.
 
Il semble difficile de penser que les convictions qui se sont développées sur le plateau télévisé, même si elles sont pour part non conscientes, n'aient pas de répercussions dans l'opinion. Il serait assez étonnant que dans l'audimat François Hollande n'ait pas également gagné le débat, qu'il a gagné dans sa tête.
Si cette analyse est juste, Le sentiment des débatteurs devrait être prédictif de celui de l'opinion…. suite au prochain message donc.

(1) Le mouvement  de langue de la photographie s'est produit 17mns 12 après le début du débat.

 
 
 

Sarkozy et Hollande, des réactions pas si différentes !

 

 
Leur tête penche deux fois plus à droite qu'à gauche :  

Lorsque dans une banque de données d’images consultables par tout un chacun (1) toutes les photos de Nicolas Sarkozy (217 images) et de François Hollande (209 images) les deux favoris actuels des français à la présidence de la république sont analysées en posant systématiquement la question : de quel côté leur  tête penche-t-elle ? une fois que les photographies dans lesquelles la tête est bien centrée sont mises de côté, (29 % pour N. Sarkozy et 26 % pour F. Hollande,) il reste plus de  ¾ des photographies.

Sur le critère du côté ou ils penchent la tête ces deux êtres humains là ne sont pas très différents. Nicolas Sarkozy penche la tête à droite dans 47 % des photos contre 25 % à gauche et François Hollande penche la tête dans 51% des cas contre 20% des photos à gauche (2) 

Pourquoi leur tête penche-t-elle davantage à droite : 
La nature  de l'échange transforme la dynamique générale du comportement et plus un être humain subit la pression de l’environnement plus il a tendance à se rigidifier et sa tête à pencher à droite.   Évidemment le temps, l'habitude de communiquer permettent de bien maitriser ces paramètres et d’absorber la pression de ces événements sans qu’il soit toujours possible de s’apercevoir du contrôle. Mais des petits détails subsistent parmi lesquels les axes de tête.
Un être humain qui se rigidifie a tendance à voir sa tête pencher légèrement à droite (sa droite à lui).
Au moment des prises de photos les êtres humains en cherchant, à donner la meilleure image d'eux-mêmes et à être performants, se mettent en situation de communiquer « parfaitement » et de se montrer si possible sous leur meilleur jour. En fait leurs réactions sont, malgré eux,  contre-productives car il se rigidifient.
Dans les situations ou ils sont pris en photo à leur insu, les candidats sont souvent filmés dans des moments importants ou solennels, ou là encore le contrôle est important.  Dans ces moments là, la tête ne manque pas de partir  là encore légèrement à droite.
 
Sur le critère des idées si les deux candidats à la présidence de la république sont opposés l’un à l’autre, sur le critère de leur humanité, ils font bien en revanche partie ensemble de la même race humaine et leurs réactions ne sont pas si différentes sans que l'on puisse savoir s'il faut d'abord s'attrister ou se réjouir de cette réalité !
 
(1) le moteur de recherche Google images le 18 novembre à 10 heures du matin toutes les photos de Nicolas Sarkozy et toutes les photos de François Hollande
 
(2) Chiffres précis :
 
Nicolas Sarkozy : 217 images
Axe de tête centré 62 photographies   (28.57%) 
Axe de tête à droite 101 photographies  (46.54%)
Axe de tête à gauche 54  (24.88%)
 
François Hollande 209 images
Axe de tête centré  54  photographies   ( 25.83 %) 
Axe de tête à droite 106 photographies  (50.71 %)
Axe de tête à gauche  49   (19.91%)