Archives du mot-clé paupière gauche

Tristesse et paupière gauche

 

Au mois de janvier 2012 à Paris, une exposition a été consacrée à la photographe américaine Diane Arbus (1923-1971).
Une affiche visible sur les murs de la capitale française pour présenter l'exposition montrait deux sœurs jumelles, photographiées par l'artiste

Observez vous-mêmes, vous allez vous apercevoir qu'au moment où est prise de cette photographie, une de ces deux petites filles a l'air plus heureuse que l'autre. 
Les coins de bouche nous permettent de comprendre.


Zone des yeux et zone de la bouche

Comme "les yeux sont le miroir de l'âme", l'être humain a tendance à déserter la zone de la bouche, persuadé que c'est dans les yeux qu'il faut chercher à lire les émotions. Or la zone de la bouche simplement parce qu'elle comporte plus de muscles que la zone des yeux traduit également davantage d'émotions. Ici sur cette image c'est sans conteste elle qui livre les informations les plus claires. 
C'est la bouche qui va permettre de valider les informations visibles dans la zone des yeux.

Sur le visage le plus triste, observez les différences entre les deux paupières.  

 Dans les situations de tristesse, la paupière gauche est généralement plus fermée que la paupière droite. 

Ne cherchez pas à ce phénomène une explication d'ordre génétique car cette observation  est liée à la nature de la tristesse. Lorsque les gens tristes sortent de cet état,  la paupière gauche remonte, et c'est d'ailleurs visible ici sur la sœur jumelle de la petite fille triste. 

 Évidemment ce qui est facilement observable pour une personne formée à regarder peut être mesuré précisément pour celle qui est moins familière.

Au fil du temps, une émotion vécue quotidiennement finit pas créer une dissymétrie sur le visage.  Des émotions différentes construiront donc des dissymétries différentes. 
La vie témoigne sur le visage et donne ainsi la possibilité, d'avoir en vieillissant, de belles rides. Faisons leur confiance.

Sur ce même thème : 
La tristesse d'Anne Sinclair
Lie to me , M6 et synergologie

La tristesse d’Anne Sinclair

Des observations synergologiques systématiques permettent de comprendre que la tristesse se lit lorsque la paupière gauche (la fente palpébrale supérieure gauche) tombe sur l'œil gauche.
Ici nous sommes allés chercher le regard d'Anne Sinclair à la sortie du tribunal où elle était venue assister à l'inculpation de son époux, Dominique Strauss-Kahn. Nous avons ensuite agrandi la zone des paupières. La paupière supérieure gauche tombe davantage.

Dans ce cas précis, nous déduisons la tristesse du fait que la paupière supérieure gauche tombe et que l'oeil gauche semble donc plus fermé. Cet item est caractéristique de la tristesse (1) Ce n'est pas une réaction corporelle habituelle chez Anne Sinclair. (Si la paupière gauche était plus basse en permanence, nous ne parlerions pas de tristesse d'ailleurs).

Si vous trouvez une situation dans laquelle Anne Sinclair exprime une émotion positive et ou la paupière gauche tombe davantage que la droite la proposition que nous avons émise ("La tristesse se lit lorsque la paupière supérieure gauche tombe et que l'oeil gauche semble donc plus fermé") aura été réfutée et nous serons obligés de la retirer (2) .

En fait deux grandes méthodes scientifiques permettent de valider des informations, la première expérimentale consiste à fabriquer comme son nom l'y prédispose, des expériences ; la seconde, éthologique, consiste à tirer des observations de la réalité du milieu naturel.
En synergologie, un éthogramme constitué autour de 3850 attitudes corporelles permet de relier des observations et des affects, car dès qu'il s'agit d'émotions négatives comme la tristesse, les méthodes de validation éthologique sont les seules vraiment disponibles. Difficile en effet de provoquer et tester en laboratoire des émotions négatives pour des fins de validation expérimentale. Mais est-ce vraiment nécessaire, quand la vie fait le choix pour ses observateurs d'être un laboratoire à ciel ouvert…?

(1) Le langage universel du corps, p.84
(2) La théorie de la réfutabilité due à Karl Popper, s'applique d'ordinaire aux sciences dures, et tout le pan de la synergologie relatif au lexique corporel est soumise à ce principe

Un blogue est un endroit bien adapté pour tester à travers des cas concrets la solidité des hypothèses, et également les voir réfutées, si elles doivent l'être au terme de critiques scientifiques justifiées. Ce sont d'ailleurs les critiques qui prédisposent à la fabrications des hypothèses de demain. Dans cet esprit, ce message blogue a été repris afin d'intégrer la réponse à certaines remarques logiques, venues de personnes désireuses d'échanger mais ne connaissant pas encore le paradigme synergologique.

Lie to me,synergologie et émotions

Le déclenchement d'émotions fortes produit un phénomène particulier. Il provoque des dissymétries du clignement de paupières. Lorsque l'émotion est négative, la paupière gauche commence à cligner avant la paupière droite et finit de cligner avant elle.
Ce phénomène est observable dans la situation ci-dessous. L'horizon sonore ne permet pas de douter de la nature de l'émotion actée par la comédienne. Elle dit "J'ai foiré" en parlant d'une de ses erreurs. Si l'émotion n'est pas parfaitement jouée c'est-à-dire pas parfaitement ressentie, ce phénomène n'est pas lisible.

Cette dissymétrie du clignement de paupières se produit durant environ 1/15 ème de seconde et il est parfaitement observable à l'oeil nu pour qui a appris à l'observer.
Le bémol à mettre à ce phénomène est que dans 15% des cas l'émotion positive produira un pareil phénomène sans qu'on puisse vraiment l'expliquer. C'est la raison pour laquelle un synergologue ne s'arrêtera jamais à un seul item mais tentera de toujours repérer plusieurs items conjugués, ce qu'il appellera une chaine logique.
Ce phénomène est d'autant plus intéressant qu'il n'est absolument pas maitrisable consciemment, c'est-à-dire par l'action de la volonté.