Archives du mot-clé conductance électrique

Clignements de paupières et préférences électorales.


Lorsqu'une information effrayante est perçue, le corps émet des réflexes de défense avant même que nous ayons conscience du danger. Au titre de ces réflexes, nous clignons des paupières et la conductance électrique de notre peau est plus importante.

 

Une étude américaine a été réalisée dans l'objectif de croiser ce type de données avec des données sur les préférences politiques. Un bruit incongru était émis dans l'environnement de sujets observés et des images effrayantes projetées. Ces mêmes sujets avaient préalablement répondu à un questionnaire sur la préservation de l'identité nationale, l'augmentation du budget militaire, les mesures en faveur de la peine de mort …
Il s'est avéré que les personnes présentant des réflexes de défense physiologiques les plus calmes face aux perceptions effrayantes étaient également celles qui étaient davantage en faveur du pacifisme, l'aide aux personnes en difficultés, toléraient le mieux les rapports sexuels avant le mariage et étaient davantage en faveur de l'avortement (1)
En fait l'amygdale cérébrale fonctionnait avec davantage de vigueur chez les personnes les plus conservatrices, les plus protectrices face à l'environnement.

De là à dire que nous sommes prédéterminés par nos préférences cérébrales, il n'y a qu'un pas à franchir que nous ne franchirons pas. Il n'en reste pas moins vrai que c'est à notre cerveau conscient d'éduquer notre cerveau non conscient, un peu comme si l'être humain était double, deux pour le prix d'un deux , deux en un seul. Le bulletin de vote tenu par une main consciente imposée par l'activité non consciente de l'amygdale !

Or l'être non conscient peut, lui aussi, être observé en dehors de l'IRM. Car s'il était vraiment insaisissable, nous ne rougirions pas comme nous rougissons, nous ferions pas de gestes lorsque nous parlons, nos mains ne reviendraient jamais sur notre visage ou notre corps comme elles le font, nos pupilles ne se dilateraient pas comme elles se dilatent, tout cela le plus souvent en dehors de notre conscience…

Les règles de ce langage non conscient ne sont pas forcément toutes encore très claires. mais elles existent en revanche forcément…

(1)D Oxley et al., Science, Vol 321, p.1667, 2008