Québec : Élection du premier ministre : Les chefs se sont tiré la langue 92 FOIS !

La spécialité de la Synergologie est d'observer les pans du langage corporel que personne ne pense à regarder, et qui sont pleinement signifiants précisément pour cette raison là. Des pans entiers de messages corporels sont échangés à notre insu, laissant dans nos cerveaux des traces subliminales. Le dernier débat politique au Québec en 2018 , participant au processus de désignation du premier ministre permet de repérer :  l’agressivité verbale .

Pour plus de netteté : double-cliquez sur l'image

L'indicateur corporel choisi de l'agressivité verbale : La protrusion de la langue

Au mois de septembre 2018 au Québec, les 4 chefs politiques en lutte pour le poste de premier ministre se sont opposés dans deux débats. Nous avons analysé la seconde de ces confrontations, le débat du 18 septembre 2018 suivi par un million de téléspectateurs sur la chaine TVA. Le critère choisi pour décrire l’agressivité verbale des leaders est le critère de la protrusion de la langue.  
De ce point de vue les chiffres sont sans appel : Les chefs se sont tirés la langue 92 fois durant leurs échanges !
Ces mouvements duraient tous moins d'une demi seconde, et la langue ne se déplaçait pas latéralement sur les lèvres. Ils ne s’humectaient donc pas les lèvres. (1) Ils se tiraient bien la langue, rapidement, trop rapidement pour qu’un non œil non préparé ne s’en rende compte, mais un oeil aguerri, si.

Tirer la langue est un geste enfantin dont on pourrait penser qu’il disparaît avec la maturité, alors qu’il ne fait que s’estomper, devenant surtout avec l’âge, plus inconscient.  La langue franchit la barrière des dents lorsqu'une personne veut être certaine d'imposer sa façon de voir. Elle « plante  l’autre ! » pour utiliser une métaphore végétale.
Dans un débat, la violence est réelle, certains débats mettant fin à leur issue à la carrière de personnages politiques désavoués au moment du vote.

Le nombre de langues observables tirées en direction de l’adversaire

L’observation et le comptage du nombre de langues tirées montre que c’est :
1    Jean François Lisée : 47 protrusions de langue
2    Philippe Couillard :  31 protrusions
3    Manon Massé : 11 protrusions
4    François Legault : 3 protrusions de langue

Il semblerait donc pour que sur le critère de la langue tirée à l’autre, la protrusion de la langue, Jean-François Lisée apparaisse comme le plus agressif.

La mesure scientifique de l’agressivité est effectuée en croisant deux indicateurs : le mouvement de langue et le lexique verbal, c’est-à-dire les mots employés. Plus la personne tire la langue, et plus les politologues spécialistes de ces questions doivent ressentir effectivement cette agressivité dans le langage verbal même s’ils ne voient pas eux la langue sortir de la bouche au moment de l’estocade.  Il ne serait pas possible de parler d’agressivité verbale sans ça

Ce qu’ont dit les éditorialistes de l’agressivité  des chefs ?

Pour cette étude, les papiers des médias les plus importants parus le lendemain du vote sur Google, soit : Radio Canada Nouvelles, TVA, Le Journal de Montréal, et le Journal de Québec  (2) ont été sélectionnés. Le débat était été mouvementé et très clivant, les commentateurs de ces médias semblent d'accord sur le comportement des acteurs du débat.

Jean François Lisée est de tous les leaders celui qui de très loin a été perçu comme le plus agressif. Et c’est également celui qui a tiré la langue le plus souvent.

On pouvait lire :"Coup d'éclat de Jean-François Lisée" (RC, Girard et al, 21 septembre 2018) Jean-François Lisée lui a eu peine à contrôler son besoin de démolir ses adversaires  (J de M , D. Bombardier, 21 septembre 2018), ou encore   Lisée sort en trombe… Son agressivité (Marie-Eve Doyon, Journal de Québec, 21 septembre 2018)

L'agressivité identifiée de Jean-François Lisée, s'est amorcée dès la première question à Manon Massé à 8mn15 : " J'ai une question préalable à vous poser… . " Cette question ponctuée effectivement par un mouvement de protrusion de la langue, lui sera reprochée.  nous y reviendrons plus loin.


A l’autre bout du continuum François Legault et celui qui, dru ponit de vue des éditorialistes, interrogés est décrit comme le plus empathique : Mea culpa de François Legault (RC, 21 septembre, 2018)  François Legault qui, parlant avec son cœur à réussi à faire oublier… (JdeM, Bombardier, 21 septembre 2018). Le chef caquiste a fait un mea culpa, (La Presse, 21 septembre).

Et des quatre chefs, de très loin, il a été celui dont la langue a été le moins visible (3 fois).

Même s’il a très peu tiré la langue, on lui doit la phrase la plus assassine de la soirée  « Les seuls qu’on veut expulser au Québec, c’est le Parti libéral !» terminée par une protrusion de langue. Que le hasard fait bien les choses ! … Mais ce n’est pas le hasard.

Philippe Couillard, a également à des nuances près, perçu comme suffisant : Philippe Couillard hautain, irrité et cinglant qu’on a vu en action"(Bombardier, JDM, 21 septembre 2018). Il tire la langue 24 fois à ses collègues. Mais cet avis n’était pas totalement unanime : Philippe Couillard a réussi à maintenir sa stature d’homme d’État tout au long du débat  (Doyon, J de Q, 21 septembre)

Vient ensuite Manon Massé, 11 protrusions de la langue. Peu de mouvements de langue décrite ainsi : le côté missionnaire de Manon Massé. Toutes les apparences d’une bonne personne  (JdeM, Bombardier).
Curieusement, alors qu'elle a été, à en croire les commentateurs, prise à partie de manière agressive par JF Lisée, c'est à Jean François Lisée à qui elle a le moins répondu par l'agressivité de la protrusion  de langue. Le décalage entre l'attitude des deux chefs explique peut-être sa performance jugée meilleure par les commentateurs : La performance d’hier de Manon Massé pourrait bien assurer à Québec solidaire la balance du pouvoir le 1er octobre au soir (JdeM, Bombardier).

Le 5 ème homme du débat : Pierre Bruneau

Dans ce débat une polémique est née quant à l'attitude de l’arbitre du débat : Pierre Bruneau. Selon cette polémique Pierre Bruneau n'aurait pas laissé développé comme il le souhaitait, Jean-François Lisée.
Sur cette question les avis des commentateurs étaient partagés, : Pierre Bruneau l'a interrompu (JF Lisée) … à quelques reprises durant le débat d'ailleurs, (TVA)  ou Denise Bombardier : Il (JFL) a réussi à stupéfier Manon Massé dès le début du débat ce qui a irrité au plus haut point l’animateur Pierre Bruneau….(J de M)
Du point de vue des mouvements de langue Jean-François Lisée a tiré 8 fois la langue à Pierre Bruneau.
Mais Pierre Bruneau n'est pas en reste. Il n'a tiré que deux fois la langue mais ces deux mouvements de langue étaient destinés à Jean François Lisée, une fois en le regardant (1:09:08) et une fois en le nommant (27mns27).
Il n'y a eu aucun échange de mouvements de langue de Pierre Bruneau à l'égard ni de Manon Massé ni de Philippe Couillard, ni de François Legault.  

L’indicateur des mouvements de langue, maintes fois observé en synergologie en situation de débat semble être un indicateur robuste.

A quoi ça sert tout ça ?

Les indicateurs corporels sont des indicateurs fiables parce que le langage corporel est produit de manière inconsciente et ne peut de ce fait, être masqué.
Ils peuvent également montrer que l’agressivité verbale dont on pourrait facilement dire qu’elle est subjective, peut être mesurée à partir de critères positifs (vrai/faux) tout à fait quantifiables, et « réfutables » pour prendre des termes scientifiques.

La langue tirée en fin de phrase pourrait exprimer toute la différence entre l’assertivité de l’argument fort, proféré sans intention de nuire par la parole, et l’agressivité.
Notons que dans le cas de débats politiques, l’intention de nuire est claire. Elle est inscrite dans le principe même du débat, car l’objectif de la joute est évidemment de faire perdre (nuire) des électeurs à l’adversaire et espérer en gagner soi-même.

Ci dessous : les repères temporels de ces protrusions de langue :

Pour plus de netteté : double-cliquez sur l'image

Chefs_2

(1) 4 mouvements de langue longs de la bouche de droite à gauche et de gauche à droite ont été écartés. Ils étaient suffisamment durables pour comprendre qu'ils étaient réalisés de manière consciente. 

(2) Journaux issus de la première page de Google le lendemain du débat : 

Lendemain de débat à TVA: Lisée dénonce la «partie gratuite» de Québec solidaire  : https://www.journaldemontreal.com/2018/09/21/lendemain-de-debat-a-tva-lisee-denonce-le-partie-gratuite-de-quebec-solidaire
Patrick Bellerose

Radio Canada : A campagne agitée, débat musclé :
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1125157/debat-chefs-face-a-face-tva-lcn-couillard-lisee-legault-masse

https://www.journaldemontreal.com/2018/09/21/un-debat-humain
Quelle influence aura ce débat sur le vote ? Denise bombardier

https://www.journaldequebec.com/2018/09/21/jour-j—10–face-a-face-agressif
Marie-Eve Doyon (LCN)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code