La série américaine Lie to me : ce qui est et ce qui n’est pas de la synergologie.

 
 
La synergologie est souvent associée à la série américaine  Lie to me. Nous avons dit tout le bien que nous pensions de cette série parce qu’elle traitait de langage corporel à partir des travaux de Paul Ekman, mais la comparaison s’arrête là.
Dans la série, dès le premier numéro, les auteurs expliquent que lorsqu’on ment on se gratte le nez, et ils montrent ainsi une image de Saddam Hussein dans cette attitude à son procès (la photo ci dessus)
Or nous sommes absolument formels, une personne ne se gratte jamais le nez lorsqu'elle ment, comme le fait là Saddam Hussein. Ce qui ne l’empêche pas d'avoir certainement  menti plus souvent qu'à son tour, mais ce n’est pas le propos.
La synergologie s'appuie sur un lexique corporel
 
En synergologie, avant d'attribuer une signification à une microdémangeaison (1), une nomenclature permet de recenser les zones du visage ou les gens se grattent, pour pouvoir ensuite  repérer concrètement de mêmes mouvements faits par des personnes différentes dans des contextes différents et les comparer.
 

 

Dans aucune des quatre situations illustrées dans l'image située en haut du blogue le mensonge n'est repéré.  Les personnes se grattent bien pour une raison identifiable, mais lorsqu'il s'agit de ce mouvement (A_0_D_N_2_P2)  ça ne sera JAMAIS le mensonge.

L'éthogramme synergologique repérant la totalité des attitudes corporelles signifiantes qu’elle inscrit dans une nomenclature (dans cet extrait les gestes d'autocontact sur le visage) est aujourd’hui la seule grille permettant un mode de référencement de toutes les catégories de gestes et d'attitudes corporelles.

Nous vous expliquerons dans un prochain message pourquoi cette microdémangeaison ne peut pas être reliée au mensonge.

 
 (1) Microdémangeaison : Démangeaison réalisée en l'absence de bouton ou d'inscription tégumentaire.
 
Attention : Ce n’est pas parce qu’une personne ou une théorie renvoie au langage corporel que c’est de la synergologie.  

 

Les photos présentées ici sont tirées d'émissions télévisées françaises et québécoises. 

4 réflexions au sujet de « La série américaine Lie to me : ce qui est et ce qui n’est pas de la synergologie. »

  1. Anonymous

    Je pense que vous vous permettez d’être bien critique envers cette série supervisée par le Dr Ekman, l’un des 100 plus éminants psychologues du 20e siècle (Haggbloom, S. J. et al. (2002). The 100 Most Eminent Psychologists of the 20th Century. Review of General Psychology. Vol. 6, No. 2, 139–15). Se gratter le nez est certes décrit comme un signe de mensonge mais en aucun cas il est dit « c’est comme ça dans 100% des cas ». En parlant de statistiques, parlons de vos pourcentages: d’où viennent-ils? Rien ne nous dit que vous ne les avez pas inventés.
    Le Dr Ekman base ses dires sur des études scientifiques, contrairement à vous, ce qui lui a permit d’être publié (encore une fois, contrairement à vous).

    J’étais intéressé par la synergologie mais je me rends compte de ses défauts aujourd ‘hui, après avoir lu des critiques. Critiques aux quelles vous n’avez pas répondu bien sûr puisque vous ne le pouvez pas sans discréditer votre « discipline »

    Voici un peu de lecture pour ceux qui veulent être un peu plus critique envers cette pseudo-science:

    http://imposteurs.over-blog.com/article-la-synergogologie-au-programme-de-m6-73163446.html

    http://communication.revues.org/index858.html

    PS: Je vous laisse une de mes adresses mail pour que peut être, qui sait, vous voulez essayer de vous justifier ou de contrer mes dires: mortaest45@gmail.com

  2. philippe turchet

    1. Se gratter le nez n'est pas signe de mensonge.
    Pour dire cela il a fallu fabriquer un éthogramme des gestes d'autocontact. C'est une portion d'un éthogramme plus général. (seule une zone très précise du nez peut renvoyer aux non-dits)
    Pour davantage d'explications, blog : la synergologie est-elle fiable ?

    2. Si nous montrons ci dessus l'image de Saddam Hussein, c'est simplement parce qu'elle est présentée dans la série "lie to me"(!).
    Nos bases de données ne traduisent jamais d'attitude mensongère accompagnée de ce type de geste.

    3. L’échantillonnage relatif aux microdémangeaisons est un échantillonnage non probabiliste de type accidentel.
    explication : On ne peut pas amener les gens à se gratter inconsciemment de manière expérimentale à un endroit particulier. Par contre il est possible de repérer des images sur lesquels ils se sont grattés accidentellement exactement au même endroit dans le cadre de situations écologiques.

    4. Pourquoi dites-vous que ces statistiques sont inventées, les images au dessus tirées de vidéos télévisuelles consultables témoignent bien, non à titre d'exemples….
    D'ailleurs quel serait l'intérêt d'inventer des statistiques, alors que nous nous situons dans un paradigme interprétatif et que notre démarche relève d’un cadre conceptuel herméneutique ?
    Les axes de tête présents en permanence peuvent être soumis à réfutation statistique, pas les microdémangeaisons.

    5. Pour ce qui est de Paul Ekman, c'est un scientifique de tout premier ordre. Il existe portant de grosses divergences de fond entre la synergologie et ses théories qui ont aujourd'hui 40 ans. C'était une façon de dire que la synergologie ce n'est pas "lie to me", même si c'est du langage corporel.

    6. Enfin pour l'article auquel vous renvoyez c'est un article "débat" dans une revue de communication. Franchement, il met dans le même sac au moins dix méthodes et/ou outils qui, eux-mêmes, sont déjà pour certains d'entre eux, en opposition les uns avec les autres.
    Il ne dit en revanche absolument rien des outils concrets forgés par la synergologie.

    7. Et puis sur un plan plus théorique, cet article a l'air de soutenir que la démarche synergologique serait liée à une forme de libéralisme relationnel, alors même que les outils d'observation corporelle, proposent justement d'objectiver les mécanismes de reproduction de la dominance, visibles dans l'hexis corporelle.
    Tout le courant critique de la sociologie réflexive, et des approches fondées, à partir de l'habitus, sur la dénonciation des mécanismes de reproduction de la dominance, peut venir puiser dans l'appareillage conceptuel synergologique, matière à argumentation concrète… alors franchement.

    Si vous êtes de bonne foi, vous devriez essayer de vous demander pourquoi faire porter à la synergologie un chapeau qu'elle n'a pas à porter.
    Pourquoi dire qu'elle est une pseudo science. Si tout ça s'appelle Synergologie plutôt que communication non verbale c'est précisément parce que derrière la communication non verbale tout le monde peut tenir à peu près n'importe quel discours (exemple d'ineptie : les gens qui croisent les bras sont fermés).
    La synergologie essayer précisément de travailler à rebours de ce fast food non verbal.

    Elle s'attache à être rigoureuse, avec une méthodologie et des outils qui bien sûr sont susceptibles d'être critiqués, c'est d'ailleurs nécessaire, et même constructif.
    Parlons un peu du fond d'accord ou si c'est sur la forme, centrons-nous autour de questions précises. Merci.

  3. Anonymous

    Monsieur TURCHET
    Bonjour je pense que la synergologie est un bon moyen de comprendre son interlocuteur a travers sa gestuelle.
    Mais je pense aussi que les travaux de Paul ekman est aussi un bon moyen pour comprendre les émotions de gens . Je suis d accord que c était pas les mêmes travaux mais la basse par d ou ? Pour la synergologie du Canada ! Mais avant d ou part la synergologie qui la inventer et de quoi c était t’il inspirée ???

    1. philippe turchet

      Lie to me et Paul Ekman ne sont pas une référence de la synergologie. Simplement il se trouve que nous oeuvrons dans le même champ.

      La synergologie n'est pas intéressée par les émotions, elle est spécialisée dans le décodage du langage corporel ce qui est un peu différent.
      (En synergologie, nous parlons d'états hyper ou hypotoniques , de la valence positive ou négative de l'état d'être et enfin nous cherchons à savoir si la personne cherche à transmettre ou non ce qu'elle ressent. Ce qui permet d'intégrer la réalité de huit états corporels). Savoir qu'un état est une émotion, un affect, une pulsion ou une représentation mentale, n'est pas à proprement parler le problème du synergologue. Celui-ci est davantage intéressé à comprendre si la personne ressent bien ou non ce qu'elle exprime.
      Il se demande ensuite quelles sont les conditions d'une relation authentique, comment la construire et comment être capable de comprendre grâce au langage corporel que la fluidité de la communication est préservée ou non.
      Ensuite dans le décodage même du langage corporel il y a trop de différences pour que nous puissions parler d'un cadre de réflexion commun.
      Mais la synergologie est extrêmement reconnaissante à Paul Ekman d'avoir permis au langage corporel d'être mis dans la lumière par une série télévisée, fut-elle un peu caricaturale.

Les commentaires sont fermés.