Pourquoi le contexte n’a pas d’importance en synergologie…


Comment et pourquoi la définition synergologique d'un item n'est jamais dépendante du contexte.

 

 

1. Lorsque vous prenez le même item corporel observé dans 10 situations filmées et que dans ces situations il est toujours associé aux mêmes contenus (par exemple une situation de rejet ou une situation de récrimination ou une situation de joie… ) ,vous pouvez être assurés que dans la nouvelle situation que vous ne connaissez pas, il va y avoir la même réalité… même si vous ne savez rien de cette situation et de son contexte
2. Lorsque vous observez un item qui vous a fait réagir, et que vous n'avez jamais observé cet item, vous regardez quels sont les autres items avoisinants et vous pouvez être ainsi assuré de l'émotion ressentie par la personne porteuse de ce nouvel item, là encore même si vous ne savez rien du contexte

Dans ces deux situations, de manière très logique, vous comprenez qu'il n'est pas nécessaire de suivre la situation vidéo avec le son …

3. Enfin Lorsqu'une personne dit une chose qu'elle ne pense pas, vous pouvez le repérer toujours sans le son, parce que des familles d'items contradictoires cohabitent dans la même vidéo.

Évidemment le son est loin d'être inutile, mais il doit être écouté en complément de l'analyse. Il n'explique rien, il ne fait que contextualiser la situation.

Souvent il est demandé à la synergologie quelles sont ses preuves expérimentales. Curieusement il ne lui est presque jamais demandé quel est ses modes de raisonnement, ses postulas, Or n'est-ce pas par là que tout devrait commencer ?