C’est au repos que le cerveau travaille le plus !

Dès qu'il est question de langage corporel une question revient souvent : "Lorsque je suis tout seul, il m'arrive de faire des gestes, de me gratter, croiser les jambes… alors que je ne suis pas en communication. Y-a-t-il une raison à cela et est-ce interprétable ?"
Cette question étant généralement elle-même suivie d'une autre question : "Est-il possible que parfois je ne pense à rien ?!"

Il est drôle de voir à quel point les gens croient que dès que nous sommes seuls les règles d'observation cessent d'avoir cours, un peu comme si lorsque nous étions seuls nous cessions de penser. Évidemment c'est un peu plus compliqué. De façon paradoxale c'est même sans doute exactement le contraire qui se produit ! car le repos semble entraîner dans le cerveau une consommation d’énergie, de glucose et d’oxygène supérieure à celle que celle nécessaire à la réalisation d’une tâche précise !!!

Dans une expérience ou un individu placé dans un IRM doit réaliser des tâches précises, entre deux temps de travail, au repos, son cerveau consomme davantage de glucose et d'oxygène que lorsqu'il oeuvre à l'accomplissement de ces tâches.(1)

Nous ne sommes jamais seuls car même lorsque nous ne sommes pas en communication, nous sommes traversés par des images que nous nous remémorons et que nous classons, réorganisons… en fait le corps d'une personne seule ne s'exprime pas moins que celui d'une personne en train de communiquer et il se décode exactement avec les mêmes règles. Car nous ne sommes pas moins joyeux, tristes, stressés ou détendus lorsque nous sommes en relation que lorsque nous sommes seuls et les critères de décodage de ces états sont toujours les mêmes.

(1) . Raichle, "Un cerveau jamais au repos", in Pour la Science, n°393, pp. 42-47, 2010.

Une réflexion au sujet de « C’est au repos que le cerveau travaille le plus ! »

Les commentaires sont fermés.