La tristesse d’Anne Sinclair

Des observations synergologiques systématiques permettent de comprendre que la tristesse se lit lorsque la paupière gauche (la fente palpébrale supérieure gauche) tombe sur l'œil gauche.
Ici nous sommes allés chercher le regard d'Anne Sinclair à la sortie du tribunal où elle était venue assister à l'inculpation de son époux, Dominique Strauss-Kahn. Nous avons ensuite agrandi la zone des paupières. La paupière supérieure gauche tombe davantage.

Dans ce cas précis, nous déduisons la tristesse du fait que la paupière supérieure gauche tombe et que l'oeil gauche semble donc plus fermé. Cet item est caractéristique de la tristesse (1) Ce n'est pas une réaction corporelle habituelle chez Anne Sinclair. (Si la paupière gauche était plus basse en permanence, nous ne parlerions pas de tristesse d'ailleurs).

Si vous trouvez une situation dans laquelle Anne Sinclair exprime une émotion positive et ou la paupière gauche tombe davantage que la droite la proposition que nous avons émise ("La tristesse se lit lorsque la paupière supérieure gauche tombe et que l'oeil gauche semble donc plus fermé") aura été réfutée et nous serons obligés de la retirer (2) .

En fait deux grandes méthodes scientifiques permettent de valider des informations, la première expérimentale consiste à fabriquer comme son nom l'y prédispose, des expériences ; la seconde, éthologique, consiste à tirer des observations de la réalité du milieu naturel.
En synergologie, un éthogramme constitué autour de 3850 attitudes corporelles permet de relier des observations et des affects, car dès qu'il s'agit d'émotions négatives comme la tristesse, les méthodes de validation éthologique sont les seules vraiment disponibles. Difficile en effet de provoquer et tester en laboratoire des émotions négatives pour des fins de validation expérimentale. Mais est-ce vraiment nécessaire, quand la vie fait le choix pour ses observateurs d'être un laboratoire à ciel ouvert…?

(1) Le langage universel du corps, p.84
(2) La théorie de la réfutabilité due à Karl Popper, s'applique d'ordinaire aux sciences dures, et tout le pan de la synergologie relatif au lexique corporel est soumise à ce principe

Un blogue est un endroit bien adapté pour tester à travers des cas concrets la solidité des hypothèses, et également les voir réfutées, si elles doivent l'être au terme de critiques scientifiques justifiées. Ce sont d'ailleurs les critiques qui prédisposent à la fabrications des hypothèses de demain. Dans cet esprit, ce message blogue a été repris afin d'intégrer la réponse à certaines remarques logiques, venues de personnes désireuses d'échanger mais ne connaissant pas encore le paradigme synergologique.

8 réflexions au sujet de « La tristesse d’Anne Sinclair »

  1. joc

    Aussi flagrant que le nez au milieu du visage.
    Bravo et merci de montrer aussi brillamment le « fait » synergologique!

  2. Anonymous

    La tristesse d’Anne Sinclair ne fait aucun doute, assister à une telle épreuve ne peut qu’abattre une personne même pour les plus courageux d’entre nous. L’observer sur le visage est un support indéniable et qui augmente sans doute la compassion. Mais la question que je me pose est : qu’en est-il de Mr Strauss Kahn lors de son procès?
    Lorsque tout les médias français le présentaient abattu, usé (ce que je ne doute pas avec la mise en détention, le peu de sommeil, etc…) Or Qu’en est-il de sa surprise, de son étonnement, voir de son effroi pour une personne accusée si subitement d’une chose dont il affirme ne pas en être coupable?
    Seriez-vous en mesure, ou dans la possibilité de nous éclairer à ce sujet?

  3. Anonymous

    Daniel dit…et demande:

    relation entre synergologie et étude de la morphologie?

    1. philippe turchet

      Il n'y a pas de rapport explicite entre la synergologie et la morphologie. C'est au moment ou les traits sont en mouvements, qu'ils bougent qu'ils sont identifiables et traduisent une réalité à analyser.
      Dans la vie de tous les jours, Anne Sinclair n'a pas la paupière gauche plus basse, plus affaissée que la paupière droite.

  4. Anonymous

    Moi ma question serait plutot de savoir ce que signifie le clignement de la paupière droite?

    Soit dit en passant cet article ma fait pensé à une jeune femme que j’ai connu, qui n’était pas très belle, qui était souvent moquée et qui respirait la tristesse! Lorsque je lui parlais je remarquais souvent qu’elle clignait de l’oeil gauche!!! Oui, Je crois en la synergologie ^^

  5. Anonymous

    Je crois à l’évidence qu’il ne faut pas confondre tristesse et fatigue, comme « avec » maquillage et « sans » maquillage…
    Je ne vois rien qui démontre sa tristesse, désolé.
    A la limite, je trouve son regard triste dans l’image où elle porte du maquillage…

    Pour ce qui est de DSK, c’est un homme politique expérimenté et solide : la combativité nécessaire face aux « effets de style » est au rendez-vous. Plus ça avance, plus je le crois innocent (même si je le pense capable de dire à une autre femme qu’elle a un « beau cul » et que cette dernière peut s’en sentir offensée).
    L’appât du gain est là.

  6. philippe turchet

    Non, vous ne pouvez pas vous fier sur votre ressenti, vous dites "fatigue", un autre dira "rage" ou encore "colère" et pourquoi pas "joie"…! ca n'a pas vraiment de sens si ce n'est pas davantage fondé que cela. Si vous restez persuadé que c'est de la fatigue, il faut aller chercher d'autres items pour pouvoir le dire. Et puis comparer cette fatigue avec d'autres fatigues bien identifiées. Celle de Hervé Ghesquière et de Stéphane Taponnier par exemple (http://www.youtube.com/watch?v=CUT6mGd5sQQ&feature=related ) ou d'autres Difficile de douter que ces deux otages des talibans devaient être fatigués, vous verrez que leurs paupières gauches ne sont pourtant pas plus descendantes que leurs paupières droites. Ils étaient fatigués mais joyeux, ce qui empêche la paupière gauche de descendre.

  7. Alexandre Berry, PROFILEWAY

    Sauf erreur de ma part, les yeux sont en connections croisées avec les hémisphères exemple : oeil droit/hémisphère gauche…
    « la tristesse de la paupière gauche » implique-t-elle aussi, une connection avec l’hémisphère droit, où il semblerait, que sont localisés les « affects négatifs ? ».
    Félicitations pour votre Blog et votre travail.
    Alexandre Berry

Les commentaires sont fermés.