Le terrain de jeu des baisers.


Après les mouvements de langue et les clignements de paupières, le prince et sa princesse offrent un autre terrain de jeu à la Synergologie : le baiser.
 
En 2004 , Les codes inconscients de la séduction (1) permettaient d'expliquer qu'un baiser amoureux abandonné, authentique, se donnait de partie gauche à partie gauche du visage (comme celui de William et Kate), alors qu'un baiser tendu se donnait de partie droite du visage à partie droite du visage (comme celui de Charles et Diana).
 

En fait un certain nombre de raisons liées à la cérébralité expliquent cette réalité. Elles renvoient aux compétences de l'hémisphère droit en matière de lien. (2) Les gens qui s'abandonnent l'un à l'autre regardent davantage la partie gauche du visage de l'autre que sa partie droite. Les mères tiennent davantage leurs bébés sur le bras gauche que sur le bras droit , gauchères comme droitières, et dans la même veine les amoureux s'embrassent davantage de partie gauche du visage à partie gauche du visage (c'est le cas de 83 % des baisers) . Évidemment ce type de réalité factuelle avait de quoi amuser et les gens qui s'amusent de la Synergologie s'en amusèrent un peu.

Mais depuis que nos observations ont été faites par d'autres équipes, (3) et que les mêmes observations ont été faites dans la célèbre revue Nature, puis dans un certain nombre de revues dites scientifiques elles sont regardées avec davantage de considération. Il semble clair que cela n'a rien à voir avec la latéralité, ce que nous disions il y a prés de dix ans (4)
 
Les plus observateurs d'entre vous pourront décoder les baisers de cinéma. Les acteurs lorsqu'ils commencent à s'embrasser collent leur visage l'un contre l'autre comme Charles et Diana l'ont fait, puis à mesure que le baiser dure, leurs axes de tête prennent la configuration des mouvements de Kate et William et ce, dans une proportion supérieure à 2 sur 3.
Bien évidemment faites attention à observer une scène dans lequel le plan de caméra ne change pas, car les plans de coupe correspondant au mixage de plusieurs scènes pourraient bien modifier cette réalité.
 
Nous avons parié dans le premier et le second de ces trois messages blogue sur l'authenticité du rapport entre Kate et Willliam, leur premier baiser d'époux peut être versé comme pièce supplémentaire à ce dossier…
 
 
(1) Turchet Ph : Les codes inconscients de la séduction , Ed de l'homme, 2004, 180 p.
(2) Turchet Ph : Pourquoi les hommes marchent-ils à la gauche des femmes , Ed de l'homme, 2002, 283 p ; Turchet Ph : Le langage universel du corps, Ed de l'homme, 2010, 380 p.
(3)John van der Kamp, Rouwen Can al-Bruland Kissing right? On the consistency of the head-turning bias in kissing, Latérality, 2010
(4) Barrett, D., Greenwood, J. G., & McCullagh, J. F. (2006). Kissing laterality and handedness. Laterality, 11, 573-579.

10 réflexions au sujet de « Le terrain de jeu des baisers. »

  1. Anonymous

    Si pour les billets précédents il était question de millimètres, là les erreurs sont grossières.

    Vous dites: “Mais depuis que nos observations ont été faites par d’autres équipes, (3) et que les mêmes observations ont été faites dans la célèbre revue Nature”…

    Premièrement les auteurs que vous citez ne disent pas du tout ce que vous affirmez, deuxièmement l’article publié dans Nature date de 2003, cherchez l’erreur.

    L’autre article que vous citez, dit dans l’abstract: “It is thought that motor bias rather than emotive bias influences kissing behaviour”…

    Et que dire du fait qu’on retrouve les mêmes pourcentages des couples (amoureux?) dans les situations avec les poupées?

  2. philippe turchet

    Lorsque nous parlons d'observations, il s'agit bien sûr des observations visuelles… C'est-à-dire du fait que la tête penche à droite…!

    Et lorsque nous disons que ca n'a rien à voir avec la latéralité, John van der Kamp, Rouwen Can al-Bruland sont assez clairs à ce sujet lorsqu'ils concluent : « We conclude, at this point , there is insuffisance evidence for the hypothesis that the more consistent head turninf bias observe in right turners compared to left turners stems from a joint pattern of lateral pattern in human adults. Hence besides further investigations beetwen head turning and other lateralised functions, alternative ideas need to be addressed as wel ».
    En d'autres termes, à l'encontre de ce que pensaient ces chercheurs au départ, aucun lien statistique n’a pu être formalisé entre la latéralisation de la main, du pied ou de l’œil et celle du baiser. D'autres alternatives de réponses doivent donc être proposées…
    En fait si la latéralité devait permettre de rendre compte de l'axe de tête dans la production des baisers , elle l'aurait fait depuis longtemps, car c'est relativement facile à mesurer. …Ce qui amène cette idée que ce n'est pas de latéralité qu'il convient de parler, mais de l'état dans lequel se met la personne qui embrasse, la théorie de l'hémisphéricité. Cette théorie là est avancée dans "Pourquoi les hommes marchent-ils à la gauche des femmes" (2002), reprise dans "Les codes inconscients de la séduction" (2004)

    Pour ce qui concerne le fait que la personne se tienne de la même manière pour embrasser une poupée qu'une autre personne est bien sûr une donnée troublante, mais un paradigme en accord avec les postulats que nous formulons permet de l'expliquer assez bien, la théorie de Benjamin Libet, qui note que le corps (les zones basales du cerveau) réagit avant la conscience dans les processus de prise de décision. Ce qui lui permet de dire que le libre arbitre ne résiderait sans doute pas la possibilité de faire des choix éclairés, mais de dire non, de refuser de faire ce nous ferions spontanément sans cela. Dans le cas du baiser, si la personne ne se rigidifie pas, peut-être naturellement la tête part-elle toujours à droite, chez le droitier comme chez le gaucher car des aires de l'hémisphère droit (hémisphère du lien) conduisent à communiquer de visage gauche à visage gauche…?

    Avant de condamner la synergologie
    Prenez le temps de vous demander ce que la synergologie cherche à dire à partir de l'observation VISUELLE, vous allez voir, vous allez venir tranquillement vers les théories synergologiques,…et ne commencez pas vos commentaires par : "Là les erreurs sont grossières…" s'il vous plait.

    A trés vite…

  3. Anonymous

    « D’autres alternatives de réponses doivent donc être proposées… » Exactement : cela ne veut absolument pas dire que ce que vous affirmez est vrai. Si vous continuez la lecture de l’article vous trouverez qu’il faut être « careful in concluding that a joint pattern of lateral preferences that includes head-turning does NOT exist”, mais aussi que “ the present analyses suggest that multiple independent lateral specialisations exists for head, hand, foot, and eye functions”, et enfin vous verrez aussi que parmi les alternatives de réponse qu’ils formulent, il y a « the proposal of a left-hemisphere specialisation for visuomotor control may be of relevance”.

    A aucun moment ils disent ce que vous comprenez.
    Et pourquoi “oublier” Barrat et al. Comme ça ? Ils excluent explicitement les biais émotionnels. Exactement le contraire de ce que vous leur faites dire !

    Par contre Ocklenburg et Güntürkün (2009) corroborent les conclusions de Barrat et avec des ajustement méthodologiques ils trouvent « A significant difference in handedness and footedness, but not eye preference, was found between left- and right-kissers, with right-kissers showing a stronger right-sided bias than left-kissers.”

    Vos argumentations et maintenant la carte Libet confirment que ce que j’avance est correct.

    Vous pouvez me dire à quelle page de votre livre vous dites que les couples amoureux s’embrassent d’avantage avec la tête penchée à droite s’il vous plaît ?

  4. philippe turchet

    Nous ne disons pas que les propositions que nous avançons sont vraies. Nous disons que les propositions mettant en avant l'hémisphéricité plutôt que la latéralité pour expliquer le mouvement de l'axe de tête dans le baiser sont à prendre en considération à partir du moment ou les thèses sur la latéralité ne sont pas concluantes. Ce qui semble avéré par ces études.
    Dire que la tête, la main le pied et l'oeil sont plus ou moins latéralisés ensemble, oui et bien..! , mais ca ne préjuge pas du rapport au baiser. Et là aucune de ces études ne permet de valider cette réalité. Ce qui oblige la science à chercher dans d'autres directions. Creusez ces études regardez de plus près les statistiques vous vous en rendrez compte. La synergologie propose une autre direction.
    … Et là nous ne disons pas que ces auteurs disent la même chose que nous, ils ne disent pas la même chose que nous (en cela notre hypothèse est originale, nouvelle) mais ils observent la même chose : la tête à droite au moment du baiser, nous disons en synergologie le baiser de bouche gauche à bouche gauche. L'incapacité à corréler le baiser avec la latéralité amène à envisager d'autres hypothèses. A ce titre l'hypothèse synergologique (mais si vous en avez une autre en tête allez-y… !) proposant de prendre en compte l'importance de l'hémisphéricité semble plus sérieuse.
    En 2002 « Pourquoi les hommes marchent-ils à la gauche des femmes ? » a été écrit pour montrer combien la distribution spatiale du couple et donc la gestion des corps était régulée dans l'espace par des facteurs émotionnels. En 2004, il est écrit dans « Les codes inconscients de la séduction » : «  En fait dans les situations les plus émotionnelles, nous nous évertuons très inconsciemment à ramener l'attention de notre interlocuteur sur la partie gauche de notre visage ou de notre corps. Nous donnons ainsi un tour plus affectif à la communication qui s'effectuera de visage gauche à visage et de corps gauche à corps gauche. » (Turchet, 2004, p.43) Et en 2009 dans le Langage universel du corps : « Les amoureux abandonnés s'embrassent d'oeil gauche à oeil gauche. Les parties gauches sont en contact plutôt que les parties droites . En fait sans qu'ils le sachent ce sont leurs hémisphères droits qui s'embrassent » (Turchet, 2009, p, 67) Dans le baiser amoureux pour s'embrasser comme le font Diana et William (de visage gauche à visage gauche), il faut pencher la tête à droite, forcément. C'est une question d'observation.
    Pour le baiser sur les poupées, à partir du moment ou le mot « embrasser » est prononcé, la situation est émotionnelle. C'est comme ca. De la même manière que lire le mot sourire fait sourire (Foroni F "Language That Puts You in Touch With Your Bodily Feelings" and access to other Psychological Science, 2010.) entendre le mot « embrasser » nous amène malgré nous à traiter l'information avec les aires émotionnelles, nous conditionne. En tous les cas, il faudrait isoler cette variable intermédiaire, avant de dire que la situation émotionnelle est écartée… Les théories de Libet n'ont pas lien avec la latéralité.
    D'ailleurs a bien y réfléchir, corréler le mouvement de l'axe de tête au moment du baiser avec la latéralité est un raisonnement scientifique d'arrière garde. Il faut changer de paradigme, établir une rupture avec le sens commun, car essayer de lier baiser et latéralité est d'une certaine manière produire encore du sens commun. Ce sens commun contre lequel oeuvre la science…

  5. Paul

    C’est dommage que M. Anonyme ne nous dise pas qui il est, le propos est argumenté, les synergologues ne se cachent pas, mais leurs critiques, si, cherchez l’erreur…

  6. greg

    Bonjour monsieur truchet une question ce pose dans cette théorie est qu’une personne peut être en position de contrôle en même temps d’être dans une situation l’abandon réel.
    Je ne souhaite pas aller dans le sens de monsieur x mais Quant on fait un baiser de coté gauche a coté gauche c’est un baiser d’abandon mais pour ce faire il faut pencher tête a droite « hors quant on penche la tête a droite on ce retrouve dans une position en situation de contrôle.
    Y a t’il pas contradiction d’être en contrôle et dans l’abandon en même temps ?
    MERCI pour votre réponse

  7. Anonymous

    J’interviens juste pour faire remarquer que la bibliographie « 2 » de 2002 a été ajoutée par la suite dans le billet de turchet…. De plus en 2002 il ne disait pas ce qu’il affirme avoir dit.

    Paul, j’essaie juste de montrer comment l’interprétation d’articles scientifiques de la part de turchet est totalement infondée et je vous donne les moyens de comprendre pourquoi. Le mieux est que vous les lisiez par vous-même. Focalisez-vous sur le contenu de ce que je dis plutôt que sur ma lâcheté à oser critiquer votre idole sans publier une image scannée de mon passeport….

  8. philippe turchet

    Oui c'est vrai la bibliographie 2 a été rajoutée, parce que cet article n'avait pas été écrit à l'origine pour vous répondre !
    L'origine de la théorie synergologie, c'est la théorie des axes de tête. Renseignez-vous mieux. Et les premières formations datent de l'année 2000. Ça ne fait peut-être pas votre affaire mais c'est ca. Cette théorie n'est pas infondée, elle n'est pas documentée de manière académique traditionnelle, c'est tout à fait différent et c'est ce que font en ce moment des chercheurs dans différents lieux de recherches institutionnels, précisément parce qu'expliquer les états émotionnels à partir de la latéralité ce n'est pas suffisant pour ne pas dire pas sérieux.
    A ce titre depuis 2004 nous avons entrepris de filmer des aveugles d'un oeil (à la naissance), ou sourds d'une oreille et nous voyons que leurs états émotionnels les amènent fréquemment à présenter leur hémi-visage aveugle lorsqu'ils communiquent, au mépris de toute latéralité.
    Vous ne pouvez pas parler d'interprétation infondée simplement parce que vous êtes renvoyé à ce que vous ignorez.
    Il n'y a pas d'idoles ni d'idolâtrie en synergologie. La discipline est fondée sur l'observation. C'est une discipline ou précisément « je ne crois que ce que je vois »
    Il est possible que vous soyez chercheur, ou intellectuel curieux, c'est d'ailleurs dans cet esprit là que j'avais commencé à vous répondre. Si c'est le cas, ne craignez pas de m'inviter pour communiquer autour de ces théories infondées devant un parterre de curieux, scientifiques, autour d'observations. Je vous rencontrerais avec plaisir.

  9. Masquerade

    J’ai une question…
    Partons du postulat qu’un menteur est un acteur, on est d’accord ??
    Alors un acteur est un menteur, puisqu’il joue un role qui peut s’avérer à des années lumière de sa propre personnalité…
    Dans ce cas comment donner du crédit à un jeu d’acteur ?? Peut-on décrypter la personne derrière le jeu d’acteur ??

  10. philippe turchet

    Si un menteur est un acteur, un acteur n'est pas un menteur.
    Un menteur éprouvera normalement de la culpabilité à mentir alors que l'acteur éprouvera plutôt de la joie à bien jouer.
    Et surtout l'acteur se concentre sur la situation qu'il doit jouer, alors que le menteur confronte mentalement en permanence ce qu'il dit à la vérité en se demandant si ce qu'il dit est crédible. Il jongle en permanence avec plusieurs univers mentaux, pas l'acteur.
    Les deux situations ne sont pas comparables.

Les commentaires sont fermés.